Demandez à l’expert: Questions fréquemment posées et réponses

Quand on envisage une chirurgie plastique, il est normal de se poser une foule de questions auxquelles il faut répondre avant de poursuivre sa démarche. Veuillez lire les réponses cidessous aux questions les plus communément posées.

Les diverses interventions sont associées à des niveaux d’inconfort différents et exigent différentes méthodes d’anesthésie. En règle générale, les préférences du patient en termes de sécurité et de confort, ainsi que le seuil de tolérance à la douleur qui est le sien, contribuent à déterminer le genre d’anesthésie qui sera employé. Une anesthésie topique suffit dans le cas des interventions chirurgicales très mineures, non invasives, alors qu’une anesthésie locale, seule ou en combinaison avec un sédatif, convient aux interventions invasives mineures. Pour les chirurgies plus importantes, l’anesthésie est habituellement générale.

Quand l’intervention est exécutée à des fins esthétiques, aucun régime d’assurance ne couvre les frais engagés. Si l’intervention est nécessaire à des fins de reconstruction, son coût peut être remboursé en tout ou en partie. Les interventions le plus souvent admissibles dans le cadre d’un régime de soins de santé sont la mammoplastie (après une mastectomie), la rhinoplastie (en raison de difficultés respiratoires), le redrapage de l’abdomen (pour les patients ayant subi un pontage gastrique) et le lifting des paupières (pour corriger un trouble de la vision).

Cela peut dépendre du chirurgien. La plupart des chirurgiens plasticiens sont affiliés aux hôpitaux de leur région et peuvent au besoin réserver des blocs de temps dans leurs salles d’opération. Bon nombre d’entre eux effectuent ce genre d’intervention dans des centres de chirurgie, alors que certains autres ont doté leur cabinet d’une unité chirurgicale. Vous constaterez que de nombreux chirurgiens plasticiens utilisent toutes ou la plupart de ces options et permettent à leurs patients de choisir. Ils vous aident alors à choisir le lieu où votre chirurgie prendra place selon des facteurs de confort, de sécurité, d’horaire et, parfois, de géographie (quelle salle d’opération est la plus proche du domicile, etc.).

Il n’y a pas de règle à ce sujet. De fait, chaque cas est particulier et détermine en quoi une intervention ou une autre est appropriée ou pas, selon son type corporel propre et le rythme auquel on vieillit. Il existe bien sûr de grandes tendances en fonction de l’intervention et du groupe d’âges. Il est très rare de procéder à un lifting du visage chez les patients de moins de 30 ans—on leur suggère alors plutôt un lifting mannequin ou un traitement au laser—mais ce n’est pas absolument interdit. Par ailleurs, l’otoplastie est pratiquée tant sur des adultes que sur des enfants aussi jeunes que 5 ans.d.

La chirurgie esthétique a pour but d’améliorer ou de modifier une partie du corps qui sinon est saine, normale et fonctionnelle. Rien, hormis la volonté du patient d’améliorer son apparence physique, ne justifie une intervention à des fins esthétiques. La chirurgie réparatrice, d’autre part, est effectuée pour corriger une anomalie physique qui peut être congénitale ou due à une maladie, une tumeur, un traumatisme ou une infection. La chirurgie réparatrice peut rétablir la fonction d’un membre ou d’un organe ou rendre une apparence physique normale à un patient.

Le meilleur candidat à une chirurgie plastique est une personne qui entretient des attentes réalistes et comprend les limites qu’imposent la médecine, la technologie et la morphologie de chaque patient. Les bons candidats ont une solide image de soi et savent exactement pourquoi ils veulent une chirurgie plastique. Ils souhaitent améliorer un attribut physique, tout en sachant que même si ce changement positif les aidera à avoir une meilleure perception d’euxmêmes, il ne modifiera pas la façon dont les autres les perçoivent. S’imaginer qu’une chirurgie plastique nous rendra plus populaire ou réglera une crise existentielle est farfelu.

La plupart des interventions ne nécessitent aucune hospitalisation. Il arrive néanmoins, dans le cas d’une chirurgie de grande ampleur ou lorsque surviennent des complications, qu’il faille passer la nuit à l’hôpital.

Bien sûr. Il est désormais fréquent d’offrir du financement dans les cabinets de chirurgie plastique du pays. Lors de votre consultation, un membre de notre personnel peut vous expliquer les options de financement offertes et vous indiquer comment joindre les sociétés de financement pour faire une demande de prêt. Plusieurs établissements bancaires offrent également du financement pour les chirurgies électives.

Print Friendly